La consommation régulière de sucre ou d’édulcorants altère la capacité de décision et les taux de monoamines cérébraux

Prolonged Consumption of Sweetened Beverages Lastingly Deteriorates Cognitive Functions and Reward Processing in Mice. Héloïse Hamelin, Ghislaine Poizat, Cédrick Florian, Miron Bartosz Kursa, Elsa Pittaras, Jacques Callebert, Claire Rampon, Mohammed Taouis, Adam Hamed, Sylvie Granon.

Nous avons étudié les effets néfastes de la consommation chronique de boissons sucrées ou édulcorées chez la souris. La consommation de boissons contenant de petites quantités de sucre pendant plusieurs semaines provoque une prise de risque anormalement importante et retarde les prises de décision. En revanche, la consommation chronique de faible doses d’édulcorants (saccharine ou sucralose) favorise les choix plus rapides et plus prudents. Sucre et édulcorants perturbent de façon similaire les taux de monoamines cérébrales, notamment de dopamine dans le striatum et le cortex préfrontal. Nous montrons en particulier que ces perturbations monoaminergiques conduisent au développement rapide de décisions inflexibles, en particulier dans un sous-ensemble d’individus vulnérables, tout en épargnant le métabolisme. Nos résultats mettent en évidence la pertinence d’étudier les conséquences à long terme sur le cerveau de la consommation de boissons sucrées ou édulcorées chez l’homme, d’autant plus que leurs effets peuvent passer inaperçus sur le plan métabolique.

La consommation prolongée de boissons sucrées détériore durablement les fonctions cognitives et le traitement des récompenses
chez la souris.

Article paru dans la revue Cerebral CortexVoir sur le site