Science & Société

Diana García-García
Doctorante


-
• Finale de "Ma Thèse en 180 secondes" de l'Université Paris-Saclay

Elena Braginskaja
Doctorante


• Finale FameLab 2017 (Paris)

Divya Ail
Post-doc


Colloque médical en ophtalmologie organisé par Retina France, Hyères 2019
Pint of Science 2018
• Rencontre avec l’écrivain François Bon : croisement entre l’art et la science 2012 :
- digression sur les explorateurs du vivant
- danse avec les xénopes
Jeudi de la recherche 2008


Environnement. Comment changer nos comportements ? Intervention de Sylvie Granon, à propos de nos comportements lors de la soirée "Réparer le monde" à l'occasion du ForumCNRS 2019.


LE CAVERNICOLE. Poissons mexicains, un oeil sur l'évolution

Sur le chemin de créer une nouvelle espèce, une sous-population de poissons mexicains s'est tellement adaptée à un environnement cavernicole, que ses membres ont perdu leurs yeux et la pigmentation de leur peau.
Une équipe de chercheurs est partie en exploration dans les grottes mexicaines pour étudier ces poissons dans leur milieu naturel...
C’est une expérience d’évolution accélérée grandeur nature. Le « cobaye », ici, est un petit poisson mexicain, Astyanax mexicanus. Il existe sous deux formes. L’une vit dans des rivières de surface. L’autre, découverte en 1936, colonise des grottes, où il vit dans une nuit permanente. « On a d’abord cru qu’il s’agissait de deux espèces différentes. Puis on s’est aperçu que le poisson de surface et son homologue cavernicole peuvent se croiser : leur descendance est fertile », raconte Sylvie Rétaux. Ces deux formes dérivent d’un même ancêtre qui vivait en surface il y a vingt mille ans. Voir aussi article paru dans le journal Le Monde.

Les Mystères du XXIème siècle. La recherche aujourd’hui pour quelles innovations demain ? Intervention de Jean-Stéphane Joly.

Conférences & débats, novembre 2017 à St-Tropez.


Les chants de la mer : vidéo réalisée avec Olivier Adam et Isabelle Charrier, sur le chant des baleines à bosse. Présentée à l'occasion de la Semaine du son, en janvier 2017. Réalisation : Antonio Fischetti, Production : Universcience.
Chaque année, de juin à septembre, des centaines de baleines à bosse migrent depuis l’Antarctique vers Madagascar pour s’accoupler et mettre bas. Elles se retrouvent en très grand nombre dans les eaux chaudes et peu profondes du canal de Sainte-Marie, une zone de 30 kilomètres de large et 100 kilomètres de long, située entre l’île Sainte-Marie et Madagascar. Une situation exceptionnelle d'où les scientifiques peuvent à la fois observer les baleines,
leur poser des balises et les écouter.