Coding Stratégies in Vertebrate Acoustic Communication

This book focuses on how animal acoustic signals code information and how this coding can be shaped by various environmental and social constraints. Highlights all aspects of the communication chain, as defined by the Mathematical Theory of Communication. Provides new insights into the acoustic coding strategies of animals exchanging information. Broadens readers’ understanding of the mechanisms and evolution of complex animal communication systems.

Émotions par vocalisations ultrasoniques

Les vocalisations ultrasoniques chez les rongeurs : outil d’étude des états émotionnels dans les modèles de comportement social et de maladie cérébrale. Dans une revue parue récemment dans Neuropharmacology, Sylvie Granon et Nicola Simola (Univ Cagliari) font le point sur l’utilisation des vocalisations ultrasoniques comme marqueur d’affect dans les études précliniques chez les rongeurs.

Faire entendre des sons en illuminant le cerveau

Le cortex auditif est une des régions cruciales pour la construction de nos perceptions sonores. Dans un article publié dans la revue Neuron, les chercheurs sont parvenus à modifier de manière ciblée la perception de sons chez des souris, en utilisant une technique de stimulation optique de petits ensembles de neurones du cortex auditif. Les détails de cette étude sont publiés dans un article paru dans la revue Neuron le 25 octobre 2019.

Mise en évidence de la mémoire de travail chez le poisson zèbre

Exemple choisi de développement chez le poisson zèbre ! Une collaboration entre une équipe de l’Institut NeuroPSI et la plateforme AMATrace a permis la mise au point d’une méthode et un dispositif pour mettre en évidence la mémoire de travail chez le poisson zèbre.

Les neurones inhibiteurs, du rongeur à l’humain

Dans un article paru dans Neurobiology of Disease, les chercheurs de NeuroPSI décrivent les résultats d’enregistrement de neurones par micro-électrodes, une technique qui est appliquée depuis longtemps chez le rongeur, et depuis peu chez l’homme. Un résultat spectaculaire est la capacité d’identifier les neurones inhibiteurs, en utilisant des techniques d’analyse intensive par ordinateur.
1 2 3