Eugloh Summer School in Neuroscience June 2021

Discovery of the structure, functioning and capacities of the brain. The Neuroscience summer school will provide insights into a broad range of topics, including developmental, cognitive, integrative and computational neurosciences. Theoretical lectures will be accompanied by practical sessions and round table discussions.

Des pescoïdes et des chimères pour comprendre l’évolution développementale précoce d’un poisson cavernicole aveugle

L'espèce de poisson Astyanax mexicanus, avec ses deux éco-morphotypes voyants et aveugles, est devenue un modèle original pour appréhender l'évolution du développement chez les vertébrés. Récemment, Sylvie Rétaux et ses collaborateurs avaient démontré que l'évolution phénotypique peut être affectée par des événements développementaux hyper-précoces, à partir de la production d'ovocytes dans les ovaires maternels.

Synchronisation des neurones corticaux par le champ électrique

Les neurones interagissent par des signaux de nature électrique, et il est bien connu qu'un champ électrique extérieur peut avoir des effets sur les neurones. Cependant, il n'a jamais été montré que des champs électriques endogènes, c'est-à-dire générés par les neurones eux-mêmes, peuvent influencer d'autres neurones.

La robustesse des réponses neuronales au bruit est une propriété distribuée et prédictible dans tout le système auditif

L’Homme et toutes les espèces animales possèdent la faculté de discriminer des sources sonores en présence de bruits environnementaux importants. Ces dernières années, de nombreuses études effectuées chez l’Homme ou l’animal, ont popularisé l’idée que cette capacité reposait essentiellement sur la robustesse des réponses du cortex auditif ; le réseau cortical supposé extraire la source sonore cible au milieu du flux sonore qui nous atteint à chaque instant.

Nouvelle piste identifiée dans le cerveau pour la prévention de l’obésité et du diabète

Comment prévenir les troubles métaboliques liés au vieillissement et à l’obésité, tel que le diabète de type 2 ? De récents travaux ont permis d’identifier une nouvelle piste prometteuse : la signalisation Sonic Hedgehog présente dans certaines cellules du cerveau, les astrocytes. Cette étude, menée chez la souris, est publiée dans la revue Molecular Metabolism.

La dystrophine Dp71 contribue à l'ancrage des canaux AQP4 des astrocytes périvasculaires

La Dp71 est la principale dystrophine cérébrale. Les mutations du gène dmd qui empêchent son expression conduisent aux altérations centrales les plus sévères dans la myopathie de Duchenne, notamment une déficience intellectuelle. Or, la Dp71 est fortement exprimée dans les astrocytes périvasculaires, suggérant qu’une dysfonction gliovasculaire contribuerait aux troubles cognitifs dans cette maladie.
1 2 3 6