Laurine Gonzalez

Laurine Gonzalez

NeuroPSI – Université Paris-Saclay

Etude du développement cérébral et cognitif d’un modèle murin de la déficience intellectuelle du syndrome de Coffin-Lowry au cours de la période postnatale

Résumé de mes travaux
Les déficiences intellectuelles (DI) affectent 1% de la population mondiale et sont associées à des altérations du développement cérébral pendant la période embryonnaire et/ou postnatale. Parmi les DI d’origine génétique, le syndrome de Coffin-Lowry (SCL) est une maladie rare caractérisée par une DI modérée à sévère, associée à des anomalies physiques et neurologiques. Le SCL est dû à des mutations du gène RPS6KA3, qui conduisent à une protéine kinase RSK2 absente ou tronquée. Mon projet de thèse a pour but de caractériser le rôle de RSK2 dans le développement cérébral et cognitif au cours de la période postnatale. Nos analyses du phénotype comportemental montrent que les souris modèles du SCL (Rsk2-KO) présentent des retards transitoires de développement des systèmes sensoriels, moteurs, proprioceptifs et cognitifs dès le plus jeune âge. Selon des analyses longitudinales par IRM, nous avons mis en évidence un retard de développement cérébral chez les souris Rsk2-KO, qui se met en place à partir de la seconde semaine postnatale, et qui est spontanément compensé à l’âge adulte. Cependant, les volumes de certaines structures cérébrales comme l’hippocampe et le cervelet restent particulièrement réduits. A l’aide de techniques immunohistochimiques et biochimiques, plusieurs altérations cellulaires et moléculaires au sein de ces deux structures ont été observées, telles qu’un défaut de la croissance dendritique des cellules pyramidales de l’hippocampe et des cellules de Purkinje du cervelet, des altérations de la neurogenèse postnatale ainsi qu’une dérégulation de certains acteurs de la voie des MAP Kinases. L’ensemble de ces résultats révèle que l’absence de RSK2 entraine un retard de maturation de différentes structures cérébrales au cours du développement postnatal, une période critique de développement des réseaux neuronaux et des processus cognitifs. Ce retard de maturation pourrait être responsable, au moins en partie, de l’apparition des déficits cognitifs précoces chez la souris.

Composition du Jury

    • Sylvie GRANON, Présidente (NeuroPSI, Saclay)
    • Hervé MOINE, Rapporteur (IGBMC, Strasbourg)
    • Emilie PACARY, Rapportrice (NeuroCampus, Bordeaux)
    • Corentin Le MAGUERESSE, Examinateur (IFM, Paris)
    • Julie Le MERRER, Examinatrice (iBrain, Tours)

et

  • Roseline POIRIER et Cyrille VAILLEND (Institut NeuroPSI, Saclay)
  • 00

    jours

  • 00

    heures

  • 00

    minutes

  • 00

    secondes

Date

Oct 14 2022

Heure

14h00 - 18h30

Laisser un commentaire

Aller en haut